Europe Culturelle dossier Institut français
Vivre les cultures

Créer, expérimenter, agir pour l’Europe culturelle d’aujourd’hui et de demain

L’Europe est un continent d’idées, de créativité, où dialoguent les cultures. Nos 24 langues officielles, nos 281 régions, nos dizaines de milliers de musées, de salles de cinéma et de spectacles, de librairies, incarnent autant la richesse et la diversité de nos expressions que les liens interculturels qui nous unissent.
Convaincu que le soutien à la culture est un aspect essentiel du renforcement de la cohésion sociale, nous permettant ensemble d’affronter les grands défis globaux, l’Institut français agit pour faire émerger de véritables politiques culturelles fondées sur l’inclusion, le respect de nos diversités culturelles et linguistiques, remettant l’art et l’humain au cœur du projet européen pour renforcer notre sentiment collectif d’appartenance et nos moyens d’agir.

9 initiatives à découvrir

Accompagné par son réseau culturel et par de nombreux partenaires à travers le monde, l’Institut français s’engage dans neuf projets qui témoignent d’un sentiment d’appartenance à une identité culturelle européenne commune. Dans leur singularité, ils incarnent chacun à leur manière la richesse et la pluralité d’une culture européenne en dialogue avec les cultures du monde. Découvrez-les à travers trois grandes thématiques : l’Europe aux multiples visages, l’Europe ouverte sur le monde et l’Europe pour demain.

Laissez-vous porter par leurs expériences fortes de sens !

Mariya Gabriel
Commissaire européenne à l'innovation, à la recherche, à la culture, à l'éducation et à la jeunesse.
La culture ne connaît ni frontières, ni nationalités. L'art représente une fenêtre sur le monde et contribue à bâtir des ponts entre nous tous.
Chapitre 1 visuel europe DT
UNE EUROPE AUX MULTIPLES VISAGES

Pour quiconque regarde l’Europe depuis le reste du monde, c’est bien l’image d’un continent où les cultures se croisent, se rencontrent, s’influencent et s’enrichissent qui vient en premier. La richesse et la diversité de l’Europe s’incarnent dans le partage et la circulation des œuvres, des artistes et des idées. L’Institut français, à travers ses différentes missions de coopération et de soutien à la création, accompagne les jeunes, les artistes et les professionnels du secteur culturel et créatif dans leurs projets. Qu’il s’agisse des langues, de la mobilité artistique ou de la richesse culturelle, le but est de faire exister la diversité culturelle européenne et d’offrir des possibilités aux citoyens d’aujourd’hui et de demain de partager un même destin, des récits communs, par-delà leurs différences.

Promotion du français et du plurilinguisme

Parler plusieurs langues, une opportunité de profiter de toute la diversité de l’Europe.

« La langue de l’Europe, c’est la traduction » a dit Umberto Eco. Une phrase qui prend tout son sens avec cette union de 27 pays et de 24 langues officielles. Cette richesse linguistique et culturelle fait la force de l’Europe et nous ouvre de nombreuses opportunités : trouver un nouveau travail, rencontrer l’amour, élargir son cercle d’amis... Quand nous apprenons une langue étrangère, nous découvrons le monde autrement, nous envisageons la différence avec ouverture d’esprit, nous faisons un pas vers notre voisin. C’est ce que l’Institut français nous encourage à faire, à travers cette campagne sur les réseaux sociaux, en montrant à la jeune génération européenne l’intérêt d’apprendre au moins deux langues étrangères.

En mars 2022, l’Institut français propose aux Instituts français et Alliances Françaises de l’Union européenne et à leurs partenaires du réseau EUNIC (European Union National Institutes for Culture) de diffuser une campagne digitale en faveur du plurilinguisme.

Johann Wolfgang von Goethe
Écrivain allemand
Ceux qui ne savent rien des langues étrangères, ne savent rien de la leur.

i-PORTUNUS

Accompagner la mobilité des artistes et des professionnels de la culture en Europe

Dans la mythologie romaine, Portunus était le dieu romain des Portes et des Clés. Aujourd’hui, i-Portunus est le nom d’un programme dédié à la mobilité individuelle. Son objectif est d’accompagner artistes et professionnels de la culture dans leurs projets de mobilité à l’échelle d’une Europe élargie aux 41 pays participant au programme Europe Créative. Sortir de son atelier ou de son bureau pour aller travailler à l’étranger dans un musée, dans un parc naturel, dans une église ou chez un autre artiste, autant d’horizons nouveaux qui permettent de présenter les œuvres à des publics différents, de s’enrichir mutuellement, de découvrir d’autres manières de penser et d’autres savoir-faire. C’est aussi une opportunité unique pour travailler en réseau, coopérer, co-construire et faire grandir les expertises.

Malgré le contexte marqué par la crise sanitaire, en 2021, ce sont 300 artistes et professionnels de la culture qui ont pu, grâce à ces mobilités en Europe, se nourrir de nouvelles influences, échanger, être inspirés, travailler à leur projet et développer de nouvelles collaborations.

Cofinancé par le programme Europe Créative de l’Union européenne, coordonné par le Goethe-Institut, en partenariat avec l’Institut français et Izolyatsia, ce projet pilote a été lancé en 2019 pour une première phase d’expérimentations puis reconduit en 2020-2021.

600
mobilités culturelles
près de 400 projets concrétisés,
90% de ces projets n’auraient pas vu le jour sans le projet pilote selon les créateurs.

Camposaz 22:22 Frádigas <à escuta>

La rencontre et le partage autour d’un projet collaboratif centré sur l’architecture et la musique 

Camposaz est un workshop collaboratif et in situ d'autoconstruction en bois à l'échelle réelle, organisé par l'association culturelle du même nom, basée en Italie. Pour i-Portunus, en juin-juillet 2021, le collectif a déployé une installation architecturale, complétée de performances par les musiciens portugais Joana Sá et Luís J Martins, dans les environs du village de Frádigas au cœur du Parc Naturel de la Serra da Estrela au Portugal.

Antiteatro : une scène dans la montagne Le paysage sert de cadre pour une scène, construite sur le flanc de la montagne, qui semble flotter dans l’air. © Matty G
Projet Jangada Une jangada est un mot portugais qui désigne, à la fois, un radeau de bois descendant un fleuve et une embarcation traditionnelle des côtes brésiliennes. Ici les artistes en font leur propre relecture. © Roman Kutzowitz
Projet Jangada L’objet créé stimule la curiosité de ceux qui l’observent, les invitant à grimper à bord pour écouter les sons.© Tessa Bloembergen
Obera-ferida aberta : un récit du paysage L'installation prend place sur l’ancien lit de la rivière et est conçue comme un élément poétique qui rappelle l'histoire du lieu et redessine le paysage. © Roman Kutzowitz-Obra
Atelier d’autoconstruction Au premier plan, Veronica Sereda explique les découpes à effectuer et Oliver Savorani s'applique à fixer les pièces déjà découpées. © Roman Kutzowitz
Atelier d’autoconstruction ATessa Bloembergen et Mariella Gentile pendant l'assemblage du radeau, utilisant du bois pour réaliser le plancher. © Roman Kutzowitz
Atelier d’autoconstruction Oliver Savori et Marianna Landi découpant des planches pour l'installation. © Roman Kutzowitz
Le radeau en action L’installation a été inspirée par la découverte de la fourmi-lion. Cet insecte creuse un entonnoir dans le sable pour attirer sa proie, comme ce radeau qui attend un humain curieux.© Tessa Bloembergen
Joana Sá lors de sa performance sur l'Antiteatro Joana Sá pendant sa performance " À escuta : o aberto (solo esquelético)" sur la scène des montagnes. © Roman Kutzowitz
Joana Sá lors de sa performance sur l'Antiteatro « À escuta : catálogo poétis » est un projet de création artistique conçu par Joana Sá (pianiste et compositeur) et Luís J Martins (guitariste et compositeur) pour, et avec, le petit village de Frádigas et le parc naturel de Serra da Estrela. © Roman Kutzowitz

KIBE PROJEKT

Participer à la conservation du patrimoine culturel en Géorgie

Le Kibe Projekt (projet d’escalier) est porté par une équipe de professionnels géorgiens et étrangers qui œuvre à la conservation du patrimoine en Géorgie. Le travail mené dans le cadre d’I-Portunus concerne la documentation historique et la restauration d’un des derniers escaliers en spirale en bois de la ville de Tbilisi. Après une première phase consacrée aux études préliminaires, une seconde phase de démantèlement a été achevée à l’automne 2021. La reconstruction du monument est actuellement en cours et devrait aboutir au printemps 2022.

Équipe projet :
Thomas Ibrahim, Turan Ziaiemehr, Francesca Crotti, Martynas Kilius, Nika Gabaskiria, Luka Gudushauri, Gio Sumbadze, Givi Machavariani, Lasha Shartava, Lado Shonia, Dimitri Eristavi, Katja Petrowskaja.

 

L’escalier originel L’escalier avant la mise en œuvre du projet de conservation. © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Mise en place de l’échafaudage. Sur la photo : Martynas Kilius © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Mise en place de l’échafaudage. Sur la photo : Thomas Ibrahim et Luka Gudushauri © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Mise en place de l’échafaudage. Sur la photo : Nika Gabaskiria, Ramaz Gabaskiria et Martynas Kilius © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Mise en place de l’échafaudage. Sur la photo : Nika Gabaskiria et Luka Gudushauri © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Démontage du toit. Sur la photo : Nika Gabaskiria, Luka Gudushauri, Ulla Alla et Thomas Ibrahim © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Démontage de l’escalier. Sur la photo : Thomas Ibrahim © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Démontage du toit. Sur la photo : Nika Gabaskiria, Luka Gudushauri et Thomas Ibrahim © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Démontage de l’escalier. Sur la photo : Turan Ziaiemehr et Nita Ivanishvili © Gio Sumbadze
Le projet de restauration Démontage de l’escalier. Sur la photo : Francesca Crotti, Ninutsa Shatberashvili, Turan Ziaiemehr et Martynas Kilius © Gio Sumbadze

Textile Stories

Une résidence autour de l’art textile en Slovénie à l’occasion de BIEN 2021 (Biennale d'art textile)

Textile Stories est une installation interactive née lors de la résidence, soutenue par i-Portunus à Kranj en juillet et août 2021, de Maria Juliana Byck, artiste originaire de Californie, aujourd’hui installée à Athènes. Cette œuvre évoque le passé industriel textile de la ville dont il reste peu de traces et questionne à travers le textile, les matériaux, les histoires, les techniques de production, mais aussi la mémoire des visiteurs qui sont invités à partager leurs propres histoires liées aux textiles, objets intimes, personnels, quotidiens mais aussi communautaires et dépositaires d'une sagesse intergénérationnelle.

 

Textile stories Installation vue de l’extérieur à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maša Pirc
Textile stories Vue de détail de l’installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maša Pirc
Textile stories Cartes de récit, installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maria Juliana Byck
Textile stories Échantillons de tissus de l’usine Tekstilindus, installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maria Juliana Byck
Textile stories Le bâtiment de l’usine Tekstilindus qui a fait faillite, installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maria Juliana Byck
Textile stories Workshop #1, installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maria Juliana Byck
Textile stories Workshop #2, installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maria Juliana Byck
Textile stories Installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maša Pirc
Textile stories Vue de détail de l’installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maria Juliana Byck
Textile stories Vue de détail de l’installation à BIEN 2021 (Biennale d'art textile), Kranj, Slovénie © Maria Juliana Byck

Metamorphosis IV - Parallel Voices

La question de l’art et de la culture dans l’espace public au Kosovo

À l’invitation de la Fondation Shtatëmbëdhjetë (17) une organisation à but non lucratif basée à Pristina qui s’intéresse à la revitalisation culturelle des espaces publics, Maskut Vezgishi, architecte et artiste originaire du Kosovo, vivant aujourd’hui à Bruxelles, soutenu par i-Portunus, a présenté en septembre 2021 une intervention artistique sur le site de l’ancien cinéma Kino Rinia. Intitulé Metamorphosis IV - Parallel Voices, ce « concept non-curatorial » interroge la capacité des formes artistiques à fonctionner en écho à la protestation sociale et à la politique.

Voix parallèles En se basant sur la mémoire collective et l'histoire de Kino Rinia, Maskut Vezgishi - Maksi a conceptualisé l'intervention artistique in situ "Parallel Voices". © Atdhe Mulla
Voix parallèles L’intervention artistique met en avant le lien entre art et activisme social. © Atdhe Mulla
Voix parallèles Maskut Vezgishi - Maksi a collaboré avec trois auteurs : Artrit Bytyçi, Doruntina Basha et Fjolla Hoxha. Les textes ont été interprétés par Cristina Marí, Donikë Ahmeti et la voix AI 1s2 2s2 2p4. © Atdhe Mulla
Voix parallèles Les interprètes transmettent le récit quotidien de 20 ans de démocratie. © Atdhe Mulla
Voix parallèles L’intervention artistique marque le retour du son et de la lumière dans l’ancien cinéma laissé à l’abandon. © Atdhe Mulla
Voix parallèles Plus de 300 visiteurs ont visité et expérimenté l'intervention artistique pendant trois jours. © Atdhe Mulla
Voix parallèles Vue de la performance en direct au cinéma Kino Rinia. © Atdhe Mulla
Voix parallèles Répétition de la performance. © Atdhe Mulla
Voix parallèles Vue de l’extérieur du bâtiment du cinéma Kino Rinia. © Atdhe Mulla
Voix parallèles Façade du cinéma Kino Rinia. © Atdhe Mulla

L’art du vitrail

L’apprentissage de la restauration et de la conservation de vitraux anciens

Un projet porté par Sofia Villamarin, spécialiste de la peinture sur verre de nationalité italo-argentine, résidant en Allemagne.  Dans le cadre d’i-Portunus, en septembre 2021, elle s’est rendue dans l'atelier d'Isabelle Baudoin, en Île-de-France, où pendant un mois elle s’est initiée à différentes techniques d’analyse, de restauration et de pratiques de conservation sur des vitraux anciens, certains peints au XIIe siècle.

La restauration d’un vitrail Peinture de nouveaux morceaux de vitraux. Le trait est fait avec la grisaille "Debitus" XVI, mélangée avec de l'eau déminéralisée. La pièce va ensuite au four à 600 degrés pour fixer les pigments. © Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail La phase de nettoyage du vitrail pour retirer la matière organique des verres et des baguettes. © Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail Ces trois panneaux de vitraux datent du XIXe siècle. Le panneau de droite présente des traces de résidus de papier ou de carton, dues probablement aux conditions de stockage. © Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail Cette image est un détail d'un panneau de vitrail, qui fait partie de L'arbre de Jessé, du 16e siècle, il provient de Laines-aux-Bois (Aube), et fait partie des réserves de la Cathédrale de Troyes. © Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail Le silicone qui servait de jointure est délicatement retiré. © Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail La compresse consiste à placer une serviette en papier très absorbante et à appliquer avec un pinceau le sel à 10% dissous dans de l'eau déminéralisée pour éliminer les excédents de verre et de plomb. © Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail Sofia Villamarin nettoie le panneau avec du coton et de l'eau déminéralisée, pour enlever l'excès de mastic.© Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail Nettoyage de l'intérieur d'un vitrail avec du coton et de l'éthanol. © Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail Sur certains vitraux, Sofia Villamarin ajoute de la mousse de polyéthylène (Plastazote). Dans la conservation des vitraux, on utilise le Plastazote noir LD45 qui est un polyéthylène polymère de basse densité. © Sofia Villamarin
La restauration d’un vitrail Sofia Villamarin retouche un panneau de vitrail avec de la peinture vitrail à froid. Sur les fissures, elle applique avec un cure-dent en bois de la peinture noire ivoire diluée et mélangée à du brun "terra d'ombra bruciata". © Sofia Villamarin

En savoir plus :

ARCHIPEL.EU

Des cultures tournées vers l’humain et son environnement

De La Réunion au Groenland en passant par les Canaries et les Antilles, de nombreux territoires parfois très éloignés du continent composent notre archipel européen et contribuent à l’étendre aux quatre coins du monde. Malgré la distance géographique, ces îles, archipels et territoires côtiers, contribuent à la richesse européenne par leur exceptionnelle diversité faisant cohabiter une pluralité d’identités, de langues, de cultures et de traditions. Archipel.eu a pour ambition de promouvoir et de protéger ces cultures locales, souvent ancestrales et immatérielles, qui offrent différentes visions du monde et nourrissent la réflexion européenne, notamment autour des enjeux climatiques.

Pour mener ce projet pilote, l’Institut français a choisi de s’allier à l’Association des pays et territoires d’outre-mer de l’Union européenne (OCTA) et à l’Agência de Promoção da Cultura Atlântica (APCA). Lancé en juin 2021 pour une durée de 24 mois, il est cofinancé par l’Union européenne. Archipel.eu concerne les 9 Régions Ultrapériphériques de l’Union européenne et les 13 Pays et Territoires d’Outre-Mer.

Tableau Archipel
chap 3 DT UE
UNE EUROPE OUVERTE SUR LE MONDE

Être Européen, c’est être ouvert sur les pays qui composent cette union, mais pas seulement. C’est au-delà des frontières physiques que l’Europe se construit. De nouveaux champs d’action culturelle s’ouvrent progressivement autour des partenariats solidaires et du dialogue interculturel. Ils nous invitent à repenser notre manière d’habiter le monde. L’identité européenne, plurielle et mouvante, se modèle sur des circulations, des interactions, des frottements mais aussi sur la construction de nouvelles relations plus ouvertes avec le monde qui l’entoure.  L’Institut français encourage la jeunesse et sa force d’action par l'entrepreneuriat social et solidaire, il soutient les industries culturelles et créatives et fait rayonner la culture européenne dans toute sa diversité à travers le monde en s’appuyant sur un média qui nous parle à toutes et tous : le cinéma.

AWA, le programme ACP-UE Culture

Pas de futur sans culture !

Secteur en plein essor en Afrique, les industries culturelles et créatives font la force et la richesse des territoires. C’est pour accompagner les professionnels dans 16 pays d’Afrique de l’Ouest qu’est né le programme ACP-UE Culture – AWA. Co-construit entre l’Institut français et le Centre Culturel Kôrè au Mali pour répondre au mieux aux attentes et besoins des acteurs de terrain, il s’adresse aux opérateurs et aux entrepreneurs francophones, anglophones et lusophones de toute la région, dans des domaines divers comme les arts visuels, la musique, le cinéma, le théâtre ou encore le livre. De la création à la diffusion en passant par la production, les professionnels bénéficiaires profitent d’un accompagnement stimulant, en adéquation avec les valeurs ouest-africaines, pour donner vie à leurs idées et à leurs projets.

L’Institut français s’associe au Centre Culturel Korè (CCK) de Ségou au Mali pour développer le Programme ACP-UE Culture : Soutien aux secteurs de la Culture et de la Création en Afrique de l’Ouest - AWA. Lancé en décembre 2020, pour une durée de 40 mois, ce Programme est mis en œuvre avec la contribution financière de l’Union européenne et le support du Secrétariat de l’OEACP – Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Festival ASSALAMALEKOUM
projet Sahel Connect soutenu par le programme ACP-UE Culture
Présentation du festival et du projet par Liman Kane aka Monza, artiste rappeur et producteur, président d'Assalamalekoum, festival dédié aux cultures urbaines, au rap et au hip-hop. En 2021, le projet a reçu le soutien et l'accompagnement sur 3 ans du Programme ACP-UE Culture : Soutien aux secteurs de la culture et de la création en Afrique de l'Ouest – AWA.
Festival ASSALAMALEKOUM
Festival ASSALAMALEKOUM

SAFIR

La jeunesse en action

Plus de la moitié des 7,5 milliards d’habitants de la planète a moins de 30 ans. Cette proportion s’élève à 60 % dans les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Partout dans le monde, cette génération aspire à un nouveau modèle de société et de gouvernance, plus inclusif, plus juste et plus durable. Comment leur donner les moyens de changer les choses ? C’est l’ambition de Safir : mettre cette jeunesse au cœur des décisions. Ce programme ambitieux accompagne 1000 jeunes et leurs initiatives sociales, culturelles ou environnementales dans 9 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Il fournit les ressources dont ils ont besoin pour transformer leurs idées en actions et recréer du dialogue avec les pouvoirs publics. En créant des entreprises durables et responsables, ils deviennent des acteurs du changement des sociétés pour les rendre plus inclusives et positives.

Cofinancé par l’Union européenne et lancé en mars 2020, l’Institut français coordonne le projet Safir pour une durée de 36 mois. La mise en œuvre repose sur un consortium composé de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), de CFI, des incubateurs tunisien et libanais Lab’ess et Pitchworthy, et du réseau d’ONG Arab NGO Network for Development (ANND).

Image
Image
safir DT
Personne Citée
Carole Awad, Pitchworthy
Citation
« Pour nous, le développement durable est bien plus qu'un thème ou un objectif des Nations Unies : c'est une nécessité. »
Info Safir DT

En savoir plus :

EUROPEAN FILM FESTIVAL

Le cinéma, témoin et vecteur d’une culture européenne aux multiples facettes

Chaque pays du continent européen est marqué par sa culture et sa manière de raconter les histoires, chacun apportant une pierre à l'édifice d'un cinéma européen complexe, multiple et passionnant. Les festivals de cinéma sont sans aucun doute l’un des outils les plus efficaces pour faire connaître l’Europe, ses valeurs, sa diversité et ses récits. C’est pour promouvoir le cinéma européen hors des frontières de l'UE que le projet European Film Festival a été lancé en 2018. A travers un catalogue de plus de 35 films, sous-titrés en 7 langues, et un programme de 10 courts métrages sur les thématiques portées par l’UE (environnement, droits des femmes, de l’enfance, LGBTQI+), European Film Festival représente un dispositif de premier plan pour accompagner les délégations de l’Union européenne dans l’organisation de festivals de films européens à travers le monde.

European Film Festival soutient les délégations de l’Union européenne dans l’organisation de festivals de films européens à travers le monde. Cofinancé par l’Union européenne, European Film Festival est mis en œuvre par un consortium de partenaires mené par le Goethe-Institut, en collaboration avec l’Institut français et Cineuropa. Depuis son lancement en novembre 2018, cette initiative a porté plus de 130 événements à travers 82 pays.

En savoir plus :

Chapitre 4 - DT
UNE EUROPE POUR DEMAIN

La jeunesse européenne construit l’Europe de demain. Et c’est bien aux jeunes que l’Institut français et ses partenaires européens souhaitent s’adresser à travers trois projets innovants, afin de les aider à poser un regard éclairé et responsable sur le monde, à exercer leur esprit critique dès le plus jeune âge ou à se rencontrer entre Européens pour faire évoluer leur future carrière. Les trois initiatives présentées traitent de l’éducation aux médias et à l’information, de l’éducation au cinéma et au patrimoine cinématographique européen et de l’apprentissage de nouvelles pratiques théâtrales plurilingues et transnationales. Et puisque c’est en faisant que l’on apprend, chacun de ces projets invite le public à y prendre part en devenant acteur et plus seulement spectateur. Les élèves et étudiants apprennent par eux-mêmes et deviennent des professionnels, endossant tour à tour la casquette de journaliste, de cinéaste ou de metteur en scène. Une expérience unique des plus concrètes qui les pousse à se questionner et à élargir leurs horizons.

FACT SCOUTS : Chasseurs de Fake news

Devenir “chasseurs de fake news” pour exercer son esprit critique 

Sur Internet, nous pouvons tous être confrontés aux fausses informations. Du simple canular à la désinformation ciblée, il est parfois difficile de ne pas tomber dans le piège. À l’ère des réseaux sociaux qui s'emballent, les publications sont postées rapidement, sans forcément prendre le temps de la vérification. Aujourd’hui, smartphone en main, chacun peut s’improviser journaliste. Alors pourquoi ne pas le devenir réellement et dans les règles de l’art ? C’est ce que propose le projet Fact Scouts à des jeunes de 16 à 18 ans : endosser le rôle de chasseur de fake news. Grâce à “Fact Scouts”, ils intègrent une équipe multinationale pour mieux comprendre ensemble comment se diffusent les informations. Accompagnés d’experts qui les forment aux pratiques du métier, ils laissent leur créativité s’exprimer et lancent leur propre média. Podcast, article et même story Instagram seront le terrain d’expérimentations de ces reporters de demain ! 

Ce projet éducatif est proposé par le Goethe Institut, en partenariat avec l’Institut français et l’Instituto Cervantes. Il part du constat que les jeunes sont particulièrement touchés par les fake news et qu’à ce titre, ils ont besoin d'un ensemble de compétences en matière d'éducation aux médias et à la démocratie.

En savoir plus :

EUROPEAN FILM FACTORY

« Cinema is the new school »

Grands classiques, documentaires, animation… Les jeunes ont aujourd’hui accès à une multitude de films sur les services de vidéo à la demande. Mais sorties de leur contexte historique, culturel et social, ces œuvres cinématographiques peuvent être difficiles à appréhender. C’est donc en soutien à l’éducation au cinéma qu’est née European Film Factory, une plateforme pédagogique innovante, conçue pour accompagner les enseignants et les élèves de toute l’Europe, et les guider dans leur compréhension du cinéma européen. Un véritable outil éducatif qui propose aux jeunes, de 11 à 18 ans, une étude approfondie de 12 longs métrages et 14 courts métrages, sélectionnés par un jury de professionnels européens de l’éducation et du cinéma. Grâce à un dossier numérique composé de contenus didactiques, les élèves découvrent des classiques du cinéma européen et voyagent au fil des périodes de l’histoire, en classe mais aussi chez eux, afin de revenir sur les points clés du programme. Accessible gratuitement, European Film Factory est aussi disponible sur différents supports (ordinateurs, tablettes, smartphones) et déclinée en huit langues (allemand, français, anglais, grec, polonais, roumain, espagnol et italien).

Coordonnée par l’Institut français, en partenariat avec Arte Éducation et European Schoolnet, la plateforme EFF accompagne dejà plus de 3800 établissements à travers 39 pays. Lancé en juin 2019, le projet est cofinancé par le programme Europe Créative de l’Union européenne dans le cadre du volet Média.

8000
utilisateurs
39 pays
3800 établissements inscrits

European Film Factory

Une plateforme d’éducation au cinéma
pour professeurs et élèves en Europe
Teaser vidéo présentant le catalogue de film, ainsi que les différentes fonctionnalités et ressources du dispositif.
European Film Factory
European Film Factory

En savoir plus :

ACADEMIX

Repenser les pratiques pédagogiques et professionnelles du théâtre à l’échelle européenne

Séjourner à l’étranger, se former en langues étrangères, confronter son regard et ses expériences en interprétation, dramaturgie, mise en scène, scénographie à celles d’autres étudiants et professionnels européens, autant d’opportunités qu’offre le projet Academix. Né d’une réflexion partagée au sein d’un petit groupe de Conservatoires et d’écoles supérieures de théâtre européennes, Academix vise à penser la création dans un cadre transnational, à développer la mobilité des étudiants et de leurs enseignants, à proposer une formation plurilingue et interculturelle. Un Erasmus sur mesure pour les arts du spectacle en Europe ! Car c’est en se rencontrant, en échangeant et en partageant leurs pratiques que les jeunes professionnels, acteurs, metteurs en scènes, mais aussi formateurs, pourront envisager des collaborations futures et construire des imaginaires communs.

L’Institut français est partenaire du projet Academix, piloté par le Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris (CNSAD). Lancé en janvier 2021 pour une durée de 24 mois, Academix est cofinancé dans le cadre du programme Erasmus +.

Les textes de ce dossier thématique ont été rédigés en collaboration avec Camille Collin et Émilie Balla de l'agence on ze air, sous la direction éditoriale du Pôle des partenariats européens de l'Institut français.